L'heure du Graal
À paraître
Publications récentes
S'inscrire aux nouvelles

Titus et Flavia


Il faudra qu'une voix porte ces mots d'amour

Que la cendre étouffa dans ma bouche en ce jour.

Que l'oreille avertie d'un poète au cœur tendre,

Au-delà de ce temps, puisse un jour les entendre!

Pas un cri, pas un son ne sortit de ma gorge.

C'était Vulcain là-haut qui hurlait dans sa forge.

Ma voix fut suspendue dans le vide béant.

Ses vociférations la vouaient au néant.

Le dieu des forgerons arrachait aux entrailles

De la terre une armée en furie de pierraille

Et de feu qu'il jetait par-dessus son épaule.

Mon univers soudain basculait sur ses pôles.

La terre avait perdu son immuable assise;

Son écorce exsudait des vapeurs âcres et grises.

Il n'y avait plus d'air dans l'air, tout était fait

De poussière et d'odeurs aux funestes effets.

L'enfer montait au ciel et perdait la boussole;

La nuit ruinait le jour en retombant au sol.

La mer même s'était retirée de la côte.

Palais, temples, maisons s'écroulaient sur leurs hôtes.

Que n'avais-je écouté plus tôt l'inclination

De mon coeur et traduit pour elle ma passion?

Depuis toujours j'aimais Flavia sans le savoir.

J'en usais comme un bien que je pouvais avoir.

Sa famille servait la maison de mon père,

Œuvrant avec constance à la rendre prospère.

Elle y avait grandi en même temps que moi,

Nos mères avaient compris l'objet de nos émois.

Nos corps s'étaient connus à l'âge où ils s'éveillent;

Sa peau contre la mienne était une merveille.

J'aimais passer mes nuits autant qu'il fut permis

La courbe de son sein dans ma main endormie.

Tout avait la suave innocence du geste

Que l'amour donne aux corps quand il se manifeste.

Ma voie, certes, empruntait la lignée patricienne

Mais mon âme sans cesse inclinait vers la sienne.

L'aveu de cet amour inné involontaire

Devint à cet instant si impossible à taire

Qu'un tremblement saisit le tréfonds de mon être

Pour que je le confie avant de disparaître.

Comme le feu roulant sur le flanc du Vésuve,

Les ardeurs de mon cœur s'exhalaient par effluves.

Quittant le rang auquel j'avais été fidèle

Je me précipitai, suffocant, auprès d'elle.

Dans cet effondrement implacable du monde

La création montrait sa nature profonde :

Le véritable amour est la force première

Qui unit dans son lit l'esprit à la matière.

Je me blottis contre elle, enveloppant le centre

Où tressaillit la vie : notre enfant, dans son ventre.

Le grand œuvre opérait sur nous son alchimie.

Notre amour survivrait au coeur d'une momie.

Contact

Jean-Marc Berger

Chésalles 21B

1723 Marly

​​

Tel: +4126 436 51 13

​Mobile: 079 462 89 68

jean-marc.berger(at)edph.ch

  • Black Facebook Icon
  • Black YouTube Icon
  • Black Google+ Icon

© 2020 Jean-Marc Berger - Développement personnel et professionnel